top of page

Frida Kahlo : L’autoportrait comme catharsis



Illustration : Nickolas Muray, Frida Kahlo sur un banc , vers 1938, photographie, impression couleur carbone, éd. 29/30, 29.2 x 36.8 cm, coll. privée


Je vous propose aujourd’hui de partir à la rencontre de Frida Kahlo (1907-1954), célèbre artiste mexicaine, sans doute aussi renommée pour ses autoportraits que pour les multiples handicaps qu’elle a subis dans sa vie et retranscrits dans son art.


Peintre autodidacte dans un Mexique post-révolutionnaire ,en quête d’une nouvelle identité nationale, compagne du plus grand muraliste mexicain, Diego Rivera (1886-1957), égérie des photographes et des artistes surréalistes, Frida Kahlo a eu un destin inclassable et hors-du-commun, mû par un besoin vital d’extérioriser son vécu au travers de centaines de toiles dont ⅓ a été consacré à la représentation d’elle-même.




Illustration : Affiche de l’exposition “Frida Kahlo - Au-delà des apparences” au Palais Galliera


Cet élan obsessionnel, redécouvert et réapprécié depuis les années 1970 grâce aux études féministes et sous la lumière des projecteurs actuellement au Palais Galliera à Paris , par l'exposition “Frida Kahlo - Au-delà des apparences”, va être l’objet principal de cette série de post.


En effet, par la richesse exceptionnelle de sa production peinte, vestimentaire, les nombreuses photographies de l’artiste, nous pouvons observer un exemple particulier d’une artiste qui a exploité en profondeur l’autoportrait sous toutes les coutures et ce, dans un but précis : la catharsis¹.


Illustrations : série d’autoportraits de Frida Kahlo


Rappelons que sur un total de 143 peintures, les autoportraits représentent plus de 55 tableaux que les spécialistes ont interprété comme une tentative de retrouver sa liberté, en représentant son corps à travers son propre regard, dans un processus d’auto-analyse. Créant ses propres doubles, multipliant ses différents peaux et visages, ne se limitant jamais à de simples représentations d’elle-même ou du monde qui l’entoure, l’artiste va en effet exploiter l’autoportrait comme catalyseur pour compenser ses handicaps et les différentes épreuves qu’elle a dû affronter.


Pour comprendre qui était l’artiste, et pourquoi elle a eu ce besoin profond de se représenter, j'aborderais dans le prochain post des éléments de biographie ayant trait à la jeunesse de l’artiste. En effet, évoquer les événements les plus importants des débuts de la vie de Frida nous permettra de retrouver le lien entre l’origine de ses émotions et leur transcription picturale, car bien souvent, nous pouvons constater que la plupart de ses tableaux sont nés pendant les périodes les plus tourmentées de sa vie. Puis, dans une troisième publication, nous examinerons précisément de nombreux autoportraits que nous pourrons classifier en plusieurs genres, selon que l’artiste y exprime ses douleurs physiques et psychiques, ou bien les événements survenus dans sa vie personnelle et leur impact sur son art.



J'espère vous avoir donné envie dans apprendre plus sur la vie de Frida Kahlo et que vous suivrez avec engouement les prochains post qui la concerneront !



¹ mot grec signifiant “purification”, et désignant “purification de l’âme ou purgation des passions du spectateur/de la spectatrice par la terreur et la pitié qu’il/elle éprouve devant le spectateur/la spectatrice d’une destinée tragique”. Autre définition psychanalytique cette fois : “Moyen thérapeutique (ex : hypnose, suggestion, etc.) par lequel le.la psychiatre amène le.la malade à se libérer de ses traumatismes affectifs refoulés”

61 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Комментарии


bottom of page